Confrérie - Dans les pas de Bilbo -

Lotro - serveur Sirannon - Confrérie RP d'Estel, réservée aux nains et aux hobbits. Comme Bilbon Sacquet, leurs Petits-Pas peuvent les amener dans les plus grandes aventures !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La révolution des images des Petits-Pas ... Pour tous ! - Cliquez... Admirez !
Tout ce que nous devons décider, c'est que faire du temps qui nous est imparti...

Partagez | 
 

 Souvenirs d'un patriarche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Souvenirs d'un patriarche   06/12/14, 03:09 am

Une promesse gachant plusieurs vies.

Là-haut, dans un coin enneigé des Monts Brumeux, se dresse une forteresse naine : Gabilazan, qui défend le passage vers le Val des Géants.
Là-bas, un drame se joue depuis des siècles entre deux nains, entre deux familles.
Parce que l'ancêtre de l'un a volé, par moquerie, une broutille à l'ancêtre de l'autre,
Parce que ces deux ancêtres ont prononcé des promesses qu'ils n'ont pu accomplir,
leurs fils, puis les fils de leurs fils, se sont vus enchaîner à ce lieu, à ces promesses.
Et ainsi, de génération en génération.
Liés par cette promesse d'honneur, toute communication entre les deux parties était impossible.
Liés par cette promesse de protection, tout affrontement direct entre les deux parties était impossible.
Il n'y avait pas d'issue.
Cela aurait pu durer éternellement, condamnant tous les descendants à un rôle qu'ils n'avaient pas choisi et qui ne leur laissait aucune liberté.
Chaque fils prêtait serment à son père de respecter ces promesses, par respect pour lui, et non parce que ce combat était le sien.



Lorsque l'étranger que je suis parvint à résoudre leur différend, Halmur Taillepierre, ultime descendant d'une des familles, n'exprima pas une grande joie, ou un cri de victoire.
Mais un immense soulagement.
" Je ne sais pas trop ce que je vais pouvoir faire maintenant... Ce serment était tout ce que j'avais !"
" Ah, ce n'est pas grave. Parce que, pour la première fois, je vais pouvoir faire ce que je veux ! "


Honte à ces ancêtres d'avoir ainsi condamner leur descendance pour des erreurs qu'ils avaient eux-même commises !

_________________
On apprend par ses erreurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Une récompense inattendue   27/12/14, 12:30 am

Il y a quelques jours, j'ai reçu un courrier d'un certain "Comité des Noms Croquignolants", dont j'ignorais tout.

Selon ce courrier, les membres de ce Comité m'avaient tout d'abord nominé comme candidat.
Il y aurait eu vote et ils m'annonçaient que j'avais gagné un prix. Fort joli d'ailleurs : un trophée de pêche.



J'ai accueilli ce prix avec humour et avec plaisir.

Ce surnom de SalledArmes, devenu mon nom, je le dois à ma Sally, et à mon roi, Thorin écu de chêne.



Alors jeune guerrier affecté au Palais, on m'avait attribué la surveillance de la pièce contenant les réserves d'armes.
Une grotte à peine dégauchie, des dizaines de caisses posées en vrac, les lances avec les haches, les écus avec les épées.
C'était un capharnaüm.

Je gardais la porte de cette réserve quand ma douce Sally est venue me rendre visite.
Nous n'étions pas encore ensemble.
J'en étais fou amoureux, et sa visite me montrait qu'elle s'intéressait à moi.
Je voulus faire le fanfaron, et je la fis entrer dans la grotte, très fier devant nos monceaux d'armes dont j'étais responsable !



Et je me fis engueuler comme cela m'était rarement arrivé !
Sally poussait des hauts cris.
"Mais c'est quoi ce foutoir ? Une chatte aurait bien du mal à y retrouver ses petits !"
" Et cette crasse, cette humidité ? Des armes se rouillent, quel gâchis !"
" Mon ami, franchement, au lieu de passer votre temps devant une porte close, ce qui vous rend fainéant et vous donne du ventre, vous feriez mieux de garder les lieux de l'intérieur tout en nettoyant ces équipements et en y mettant un peu d'ordre !"
Et elle s'en retourna chez elle sans plus attendre, me laissant tout déconfit...

Mais, dès le lendemain, sans rien dire à personne, je ramenai quelques outils et me mis au travail.

L'hiver passa. La neige envahit les chemins.
Personne ne s'étonna de me voir rester dormir sur place.

Mais, au printemps, j'invitais la belle Sally à passer me voir.
Elle vint le jour même d'une inspection surprise de mon illustre roi qui comptait partir guerroyer avec les beaux jours.



Ce jour-là, je vis la surprise dans les yeux de mon commandant.
Je vis la satisfaction dans les yeux de mon Roi et reçus ce surnom de "SalledArmes".
Mais, surtout, je vis la fierté dans les yeux de ma Sally...

Ce soir-là, je le demandais en mariage...

_________________
On apprend par ses erreurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Un songe   09/04/17, 03:06 am

Khazad Dum...

J'ai fait un rêve, un retour dans le passé.
Un lointain passé où l'or et le mythril resplendissaient à Khazad Dum.

                                       

Dans mon songe, j'étais un jeune nain, répondant au nom de Nafni.
Je servais l'honorable roi Durin VI.



Mon rêve a tourné au cauchemar...
Le Balrog fut libéré, et ce fut le début de la chute de Khazad Dum.



Aujourd'hui, je suis à ses portes.
Que vais-je y trouver ?

_________________
On apprend par ses erreurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Helgi, le tueur de gobelins   09/04/17, 03:10 am

Helgi, le tueur de Gobelins.

Lorsque j'étais enfant, j'aimais écouter les histoires que racontaient les anciens à la veillée..
Je n'ai pas dû grandir beaucoup, car j'aime toujours autant cela.
Il y en avait de toutes sortes.
Des sentimentales comme " Les rubans à barbe de la demoiselle", ou " La naine qui tache";
Des récits plein de suspense ou d'aventures: "Le joyau du Patriarche", " Le clan des cinq casques" ou " Les forgerons sous la Montagne";
Et il y avait les légendes de nos nains les plus renommés...

Celle d' "Helgi, le tueur de Gobelins" faisait frissonner les filles et rugir les garçons.
C'était une histoire sanglante, de combats et de conquête.

Helgi, fils d'un nain de souche commune encore simple garde au mitan de sa vie, avait été entrainè dès son plus jeune âge par son père dans le métier des armes.
Pas question de choisir... Il sera guerrier dans la Garde du Roi, comme Papa, Papy et Grand-Papy !

Épée de bois, soldats de plomb, panoplie en cuir et trompette de réveil furent ses compagnons d'enfance.
Ombre de son père, il le suivait et l'assistait en tout, que ce soit pour couper du bois ou traquer l'ours.
Le gamin se fortifia, non sans peine. " Pas de jérémiades ! Un guerrier nain endure et ne se plaint pas !"
Le garde était strict et exigeant. Mais, bien que peu démonstratif, il aimait son fils, ce fils unique qui devait le rendre fier !
Et la grande récompense d'Helgi était de pouvoir nettoyer et affuter les armes de son père.

L'enfant devint solide et résistant, mais il était maladroit. La flèche de l'arc n'atteignait que rarement la cible, l'épée frappait fort,
mais n'importe où sur le mannequin.
Le père commençait à désespérer d'en faire un guerrier qui sortirait du lot... Et l'adolescent devint triste de le décevoir.
Jusqu'à cet anniversaire où l'oncle d'Helgi lui offrit une masse au long manche rouge.
Ce fut une révélation !
Helgi accrocha quelques rubans colorés sur le manche et se plut à la faire tourner au dessus de sa tête.
Lui qui n'avait jamais appris à danser, il se mit à tournoyer à longueur de journée, à virevolter au bout de sa masse, au point qu'on ne savait plus qui guidait l'autre. Mais le hangar à bois - une petite erreur d'apprentissage - puis les mannequins se firent exploser,
Et le vieux garde sourit à son fils.

Au régiment, les compagnons d'armes d'Helgi le nommèrent rapidement chef de leur section.
Les historiens disent que ses camarades avaient très vite reconnu son courage.
D'autres - moins rigoureux - racontent qu'ils avaient tout simplement douloureusement constaté qu'il valait mieux se tenir en dehors - et si possible en arrière - du cercle décrit par la masse au manche rouge...

Au cours des nombreux combats qui eurent lieu par la suite, la renommée d'Helgi grandit, à la grande fierté de son père.
On nous racontait Helgi, armure rouge, marchant devant, masse au manche rouge tournoyante, creusant son sillon dans les rangs de l'ennemi, sa section le suivant à quelques pas, fauchant les bras qui n'avaient pas pliés en scandant " HEL-GI !"  "HEL-GI !".
Il y eu de multiples combats, il y a de multiples récits, tous plus fantastiques - et sanguinolents - les uns que les autres.
Ceux avec les gobelins nous faisaient rire car ces derniers étaient expulsés par la masse d'Helgi " comme du popcorn d'un faitout sans couvercle".
Mais tous nos ennemis apprirent à redouter celui dont on scandait le nom !

Lorsque j'ai appris que la statue d'Helgi se trouvait dans la Moria, je me suis rendu sur place, près de la Croisée des Chemins, pour contempler ce héros de mon enfance.



NON !!! Quel sacrilège ! Vous avez vu dans quel état elle est ? Fichus gobelins !
Je me devais d'aider à sa reconstruction, de retrouver tous les éléments.

Ce fut une tache longue à réaliser, mais quel plaisir ensuite de contempler ce grand guerrier !



Quel vigueur dans ce nain dominant cette tête de gobelin !  
Comme moi, il porte l'écu de la Garde.... Vieux frère !



Les traits de ce grand guerrier sont bien tels que je les imaginais.
Un gros nez épaté, écrasé par les coups en combat. Des joues rebondies, signe d'un corps ferme mais bien nourri.
Un regard attentif, fixé sur sa cible... On nous racontait qu'Helgi avait un grand cœur mais un air peu engageant. Il fronçait tout le temps les sourcils, ses yeux n'étant plus que deux fentes étroites qui vous fixaient.



Certains disent que c'est le port précoce et permanent du casque de combat qui lui a façonné ce visage.
Un vrai visage de combattant nain !

D'autres racontent - des jaloux que nous conspuons à grands cris - qu'Helgi plissait les yeux parce qu'il... était myope comme une taupe depuis l'enfance. Ce qu'il n'aurait jamais osé avoué - surtout pas à son père ! - car il n'aurait pas été accepté dans la Garde.
Mais ce qui expliquerait son regard particulier, son manque de finesse et sa grande bravoure. Il ne voyait plus rien à 10 pas...
Ses camarades s'en seraient rendus compte mais ils appréciaient sa gentillesse et sa force. Alors ils ne dirent jamais rien, mais ils scandaient son nom en combat, afin qu'Helgi, se guidant sur leurs voix, ne dirige pas son tourbillon meurtrier vers eux, mais  à l'opposé... sur l'ennemi.

Après tout, pourquoi pas ?

_________________
On apprend par ses erreurs...


Dernière édition par SalledArmes le 09/04/17, 03:13 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Un peu de paix...   09/04/17, 03:11 am

Seul ... Au Royaume de mes ancêtres.



Je parcours en long et en large Khazad Düm. Émerveillé.
J'y retrouve des lieux, des objets, des lumières qui ont bercé ma vie dans ces récits fabuleux que l'on se transmettait au cours des veillées.
J'admire, je reviens sur mes pas, je m'éternise... Bref, je prends mon temps.

Certes, j'y combats orques et autres engeances qui l'ont investi et en dégradent sans vergogne les édifices.
Et, souvent, j'aspire à y combattre aussi ces intrus aventuriers qui se l'approprient sans respect et sans attention, à grands cris et bousculades.
Alors, je m'isole en attendant qu'ils passent leur chemin, ou soient occis par moins bruyants qu'eux.



L'endroit est difficilement accessible, calme.
Un feu, une paillasse, quelques flacons bien choisis et une gibecière remplie.

      -      

De quoi patienter sans inquiétude ou se reposer en profitant d'une magnifique vue...



On a tous un jardin secret.... ou, du moins, on devrait tous en avoir un...

_________________
On apprend par ses erreurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs d'un patriarche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs d'un patriarche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie - Dans les pas de Bilbo - :: Carnets de Voyage :: Allers et Retours-
Sauter vers: