Confrérie - Dans les pas de Bilbo -

Lotro - serveur Sirannon - Confrérie RP d'Estel, réservée aux nains et aux hobbits. Comme Bilbon Sacquet, leurs Petits-Pas peuvent les amener dans les plus grandes aventures !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La révolution des images des Petits-Pas ... Pour tous ! - Cliquez... Admirez !
Tout ce que nous devons décider, c'est que faire du temps qui nous est imparti...

Partagez | 
 

 Les Galgals - A la découverte des Hauts des Galgals

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SalledArmes
Patriarche
Patriarche
avatar

Masculin Messages : 103
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien - Armurier

MessageSujet: Les Galgals - A la découverte des Hauts des Galgals   17/09/14, 12:06 pm

Les Hauts des Galgals.

Près de la ville de Bree, un chemin de terre mène le voyageur imprudent sur un plateau herbeux couvert de tertres funéraires anciens construits par les Edain, ces peuples des Hommes, amis et alliés des Eldar au Premier Âge.

" Même dans la Comté, on avait entendu la rumeur concernant des Êtres des Hauts des Galgals au-delà de la Forêt.
Mais c’était un récit qu’aucun Hobbit ne se plaisait à écouter, même au coin d’une lointaine cheminée.
»

" Dans le sud des Hauts des Galgals se dresse Othrongroth, le Grand Galgal, l'un des tertres funéraires les plus anciens et les plus imposants des Edain.
De nombreuses années durant, les Dunedains du Cardolan le défendirent, jusqu'à ce qu'une terrible épidémie remonte du sud.
Ce fléau dévasta le Cardolan, laissant les tertres anciens vulnérables aux abominations de l'Ennemi.
"
(Le Seigneur des Anneaux, Livre I chapitre 7 « Chez Tom Bombadil », J.R.R. Tolkien )



Maintenant, le lieu est envahi par la vermine, rats, barghests, araignées, esprits et êtres spectraux...

_________________
On apprend par ses erreurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://danslespasdebilbo.forumactif.org
Thorhom
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Masculin Messages : 39
Date d'inscription : 15/09/2014
Emploi/loisirs : Gardien

MessageSujet: expédition dans les Galgals - récit de Thorom   18/09/14, 06:35 pm

Bree – porte Ouest.

Le soleil venait de disparaître derrière les collines de Brandes et l’obscurité allait bientôt recouvrir  le pays de Bree.
Portefaix attendait. Il avait l’air renfrogné. Sa hache à deux mains était sortie, la lame posée sur le sol, les mains jointes sur le haut du manche.
Nul n’aurait voulu lui demander de bouger.
De cette posture guerrière, il regardait venir Maitre Buco. Hobbit aux allures de félin. Celui-ci descendait la rue, tout en mangeant une petite collation, en direction de Portefaix.

Ces deux compères avaient manifestement rendez vous.
Après quelques échanges courtois, ils virent la troisième personne de l’expédition arriver vers eux.  Il m’attendait, moi, Thorhom des Monts de Fer, le nain aux 13 tresses.

Bien qu’heureux de nous rejoindre, nous ne semblions guère a l’aise. On pouvait lire sur nos visages une certaine inquiétude. Et pour cause.
Cette nuit était la nuit où nous devions nous enfoncer dans les galgals.

Je ne m’attarderai pas ici sur les rumeurs qui courent sur les galgals, chacun d’entre nous a ouï dans sa jeunesse ces histoires à faire blêmir un orque du Mordor.
Mais nous étions tous trois décidés.

Un rapide coup d’œil aux uns et aux autres aurait pu vous dire que les équipements étaient prêts,
La hache de Portefaix lançait dans la nuit de doux reflets  tant ses tranchants étaient affutés.
Mon armure regorgeait de rivets fraichement posés.
Quant au sac à dos de Maitre Buco, on pouvait y sentir une alléchante odeur de poulet frit.
Chacun à notre manière, nous nous étions préparés.

L’heure du départ était venue.

Nous chevauchâmes tous trois, côte à côte en direction de l’ouest. Puis bifurquâmes vers le sud jusqu'à la passe des Galgals.
Là, nous démontions et décidâmes d’y laisser nos montures.

Portefaix prépara sa hache, Buco, sortit son arc, tout en mangeant une pomme. Quant à moi, je m’assurai du parfait serrage des sangles de mon Armure.

Nous nous enfonçâmes dans la passe.

Après plusieurs minutes de marche, l’atmosphère devint pesante,  une étrange brume nous enveloppa doucement, et puis, il y avait cette étrange impression ; Comme si 1000 yeux étaient braqués sur nous.

Soudain, deux yeux jaunes jaillirent du brouillard, un Barghest aussi gros d’un loup fit irruption des volutes de brume. Mon regard croisa celui de Portefaix et sans mot dire, nous nous comprîmes.
Nous  serrâmes les rangs pour protéger Le hobbit. Cependant, il en fallait visiblement plus pour impressionner notre Chasseur.
Il ne lui fallut qu’une seule seconde pour ajuster son tir. La flèche passa entre Portefaix et moi, sifflant dans nos oreilles. Le barghest fut fauché en plein saut,  la flèche de Buco en plein cœur.  
Surprenant petit hobbit. Les flèches de ce petit chasseur étaient aussi vives que précises. Un allié précieux pour les deux guerriers nains.

Et c’est sous les cris de guerres nains, au son des «  Khazad Aï-menu » ou des « Baruk Khazad » que nous nous  frayâmes un chemin dans les Galgals.



Moults coups ennemis furent déviés par mon écu, de nombreux adversaires furent fauchés par la hache de Portefaix et d’innombrables flèches meurtrières furent tirées par Buco.
C’est ainsi que nous visitâmes les galgals du Nord, aux noms aussi terrifiants que Taradan, Ringdor, Haudh Methernil et Haudh Nogbenh.
Nous y rencontrâmes des araignées grosses comme des ours, des êtres spectraux vaporeux ou d’étranges humanoïdes aux formes boursoufflées et bouffies.
Nulle faille dans notre courage, nulle faiblesse dans nos coups; nos ennemis tombaient un à un.

Nous fîmes ensuite une halte Au perchoir de l’homme mort. Un nom étrange pour un endroit tout aussi sordide.
Une femme « Grande gens » en pleurs se jeta aux pieds de mes compères.  Elle implora Portefaix et Buco de l’écouter.  
Cette dame était à la recherche des ses deux fils, qui, d’après elle, étaient certainement égarés dans les sud Galgals.
Émus par cette histoire touchante, nous nous mîmes en route en direction du col sud.  

Après une marche éreintante, nous fîmes une pause en haut du plus haut sommet et restâmes ébahis par le spectacle qui s’ouvrait sous nos yeux.



Là en contre bas, s’ouvrait à perte de vue une lande de rochers et de tertres.  On pouvait parfois y apercevoir barghests, Rats géants, et squelettes.  
Un spectacle à vous glacer le sang et qui ne nous inspirait aucunement confiance.



Alors que nous envisagions de nous remettre en route, le regard de Portefaix fut attiré par une étrange construction. Un cercle de pierres dressées vers le ciel.
Par le seul accès, nous pouvions y apercevoir deux squelettes penchés au dessus d’un cadavre d’Homme.  
Aussitôt, nous nous remémorâmes les paroles de la pauvre mère en pleurs.  
Sans demander notre reste, Portefaix et moi chargeâmes les deux squelettes cloués sur place par les flèches de Buco.
Le combat fut acharné, mais galvanisés par notre mission, nous prîmes rapidement le dessus.
A l’issue du combat, Portefaix inspecta l’homme au sol. Il était jeune et ressemblait beaucoup à la description donnée. Mon compère nain récupéra sur le jeune homme un journal.
Buco quant à lui, attendait à l’entrée du cercle, l’œil aux aguets et une pomme à la bouche.
A la lecture de la première page, nos doutes furent confirmés, il s’agissait bien d’un des deux fils. Mais que faisait ce pauvre imbécile, armé d’une simple dague, sans armure, dans les Galgals ? Pauvre fou !!!

Abattus par cette sinistre découverte, nous reprîmes la direction du perchoir de l’homme mort. Portefaix se fit le porteur de mauvais augure.
La femme s'effondra lorsqu’elle comprit la mauvaise nouvelle, mais ne perdit pas espoir de retrouver son second fils.

Portefaix était las, Buco affamé et moi légèrement commotionné d’un méchant coup sur la tête.
Nous décidâmes de faire un feu, et de nous reposer quelque temps. Mon ami le hobbit fit griller de belles saucisses aux herbes. Et c’est sur cette douce odeur que je m’endormis enroulé dans ma cape

Le lendemain, nous ne nous sentions guère le courage de retourner dans les galgals Sud, nous nous séparions, nous devions vaquer a nos propres occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorhom
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Masculin Messages : 39
Date d'inscription : 15/09/2014
Emploi/loisirs : Gardien

MessageSujet: Second voyage dans les Galgals - Avec Damoiselle Festival   18/09/14, 06:44 pm

Alors que je me rendais au centre de Bree, j’entendis derrière moi, un «  coucou Thorhom » enjoué. Il ne fallut guère de temps à mon esprit pour faire le lien avec Damoiselle Festival.
Après moults échanges sur nos divers voyages, nous entreprîmes tous deux de partir à la recherche du second fils.

Nous partîmes au crépuscule, et atteignîmes la passe nord des Galgals durant la nuit profonde. Nous fûmes très vite accueillis par les habitants de ces terres hostiles.
Nous progressâmes en direction du Sud pour atteindre le perchoir de l’homme mort, où nous y vîmes à nouveau la Pauvre femme. Elle continuait d'attendre le retour de son dernier fils.

Nous cheminâmes ensuite en direction du col plus au sud, puis descendîmes dans les Galgals Sud.
Là encore la fusion Fer/magie de notre duo infligea de lourdes pertes parmi les vils autochtones.
Tandis que mon bouclier protégeait la Damoiselle, Festival faisait pleuvoir sur l’ennemi des chants toujours plus mortels.

Après plusieurs heures de recherches infructueuses, nous aperçûmes au loin le corps d’un Grande gens gisant sur le sol. Ce dernier était au pied d’un ancien Galgal effondré.
Lors de notre approche, le " Longue Jambe" fit un mouvement. Il n’était point mort. Nous nous précipitâmes sur lui afin de lui venir en aide.
Alors que nous nous agenouillions à ses cotés, je vis le visage de Damoiselle Festival se déconfire.
La couleur de peau de l’individu était d’un bleu blafard, ses veines noires ressortaient et dessinaient sur son visage d’étranges signes cabalistiques.
L’Homme se leva, ses yeux étaient révulsés, un filet de sang noir à moitié coagulé perlait de son nez et sa langue grossie lui sortait de la bouche et pendait mollement sur son menton.
Festival et moi-même fîmes un pas de recul devant cette monstruosité de la nature, avant de déchainer sur le monstre une série de coups dévastateurs.
Quelques instants plus tard, la créature s’effondra sur le sol.  
Mais quelle puissance obscure pouvait transformer un être mort en quelque chose de vivant, ou du moins de non mort ???
Instinctivement je touchais mes tresses.  
Je décidais de fouiller la dépouille, ce que je découvris m’apprit qu’il s’agissait du second fils.

Alors que nous rebroussions chemin, Damoiselle festival vit poindre à l’horizon les formes d’un ancien temple.
Nous nous y dirigeâmes. Peut être y trouverai-je un peu d’or, quelques cassettes de pierres ? Enfin n’importe quoi d’autre chose que des bouts d’os.

                                     

Nous visitâmes la totalité du temple, et nous ne trouvâmes que la mort.
Nous fîmes une pause en haut de la plus veille tour, qui offrait une vue vers l’ouest….. vers la veille forêt.
Damoiselle festival proposa d’attendre le lever du jour.  
Et c’est aux doux sons du Luth que nous avons attendu que le soleil baigne les environs de ces premiers rayons dorés. ( bien que notre quiétude fut parfois troublée par quelques monstres errants)

Nous profitâmes longuement de la vue qui s’offrait à nous, puis nous reprîmes le chemin du perchoir de l’Homme mort.  
Une fois arrivés et accompagné de la douce musique de Damoiselle Festival, j’appris à la pauvre femme la disparition de son second fils….

Par une révérence, nous saluâmes la pauvre femme et nous prîmes le chemin du retour.
A la sortie des Galgals, nos Chemins se séparèrent,  Damoiselle Festival partit pour la Comté, moi pour Bree.

Mais dans nos esprits avait germé la même idée : Et si nous montions une expédition « de Petits Pas » pour le Grand Galgal ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onstock
Protecteur de la Confrérie
Protecteur de la Confrérie
avatar

Masculin Messages : 16
Date d'inscription : 03/08/2014
Emploi/loisirs : Cambrioleur

MessageSujet: D'autres sont venus, d'autres viendront...   06/12/14, 04:06 am

Les cambrioleurs se trouvent et s'imposent...

Il était une fois une Jolyfleur, hobbite et cambrioleuse, de niveau 25.
Courageusement, elle partait affronter seule - et piller- les Hauts des Galgals.

Il était une fois un hobbit cambrioleur un peu solitaire, Onstock, de niveau 28.
Non pas qu'il n'aimait personne, mais son art s'exerçait mal en présence de chasseurs ou de gardiens.
Ces attaquants à distance ou bruyants lui gâchaient toutes ses combinaisons d'embuscade.

Entre hobbits, entre cambrioleurs, la dame charma le grincheux et ils s'associèrent dans une première expédition dans les tertres des Galgals.



Ce fut une révélation.
Tous deux usant de discrétion, de feinte et d'attaques surprises, ils firent un carnage.

Des cambrioleurs si discrets que pour mieux se repérer entre eux, ils décidèrent de porter un signe distinctif vu par eux seuls.



Le monstre ne se doutait de rien, jusqu'à l'attaque coordonnée : rapide et mortelle.



Ils visitèrent ainsi les tertres des Hauts des galgals nord.
Ils firent même fuir une Grand-gens, aventurière de niveau 100, qui squattait le Galgal de Taradan.
Pincée par Onstock, giflée par Jolyfleur, bousculée par deux petits êtres invisibles, elle dut croire à des esprits malins, à des lutins maudits, et quitta les lieux en courant, laissant la place dans la tombe à deux hobbits qui se tordaient de rire.

Nos deux cambrioleurs en maraude défirent ainsi sans peur tous les occupants des tertres du nord.



Fiers de leurs résultats, satisfaits de leur entente mutuelle, les deux cambrioleurs s'enhardirent et décidèrent de filer vers le sud.

L'étoile et la lune contre les ténèbres.


Les Hauts des Galgals sud, avec leurs êtres spectraux et leurs gardiens des tombeaux, attiraient tellement Jolyfleur et Onstock qu'ils y retournèrent plusieurs fois.
Ces tas d'os, ces cadavres ambulants et ces esprits flottants, remplissaient leurs poches de valeurs et de joyaux.
Tous deux voleurs, tous deux joaillers, leur entente s'améliorait au fil des combats.



Jolyfleur, brillante comme une étoile,
Onstock, discret comme la lune,
Ils surgissaient soudain près des infâmes et leur tailladaient ce qui leur restait de corps.
Leurs lames étaient si aiguisées, leurs coups si bien placés que le sol se fissurait et que les démons étaient renvoyés dans les ténèbres.



De temps en temps, nos deux cambrioleurs se planquaient dans un coin, et en bons hobbits, ils se régalaient de quelques nourritures en se racontant des histoires.
Et malheur à l'imbécile qui osait les déranger !



Lorsqu'il n'y eut plus rien à tuer, lorsque toutes les poches furent vidées et les trésors pillés, Onstock et Jolyfleur s'amusèrent encore un peu.
Les cambrioleurs sont des tueurs facétieux !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Galgals - A la découverte des Hauts des Galgals   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Galgals - A la découverte des Hauts des Galgals
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie - Dans les pas de Bilbo - :: Voyages inattendus de la Confrérie :: Expéditions guerrières :: Compte-rendus-
Sauter vers: