Confrérie - Dans les pas de Bilbo -

Lotro - serveur Sirannon - Confrérie RP d'Estel, réservée aux nains et aux hobbits. Comme Bilbon Sacquet, leurs Petits-Pas peuvent les amener dans les plus grandes aventures !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La révolution des images des Petits-Pas ... Pour tous ! - Cliquez... Admirez !
Tout ce que nous devons décider, c'est que faire du temps qui nous est imparti...

Partagez | 
 

 Fornost 1 - Eau et Terre - lorsque deux spectres tombent, les petits-pas ne sont pas loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thorhom
Sénéchal
Sénéchal
avatar

Masculin Messages : 39
Date d'inscription : 15/09/2014
Emploi/loisirs : Gardien

MessageSujet: Fornost 1 - Eau et Terre - lorsque deux spectres tombent, les petits-pas ne sont pas loin    18/05/15, 06:38 pm



Départ de la Cantine de Bree vers Fornost...

Quatre silhouettes attendaient auprès du feu de camp.  Toutes de petite taille. Un œil averti vous aurait permis de constater que trois d’entre elles étaient nettement plus trapues que la dernière.
Le feu faisait danser sur leur visage d’étranges reflets.
Il y avait la jolie hobbite, Dame  Jasp, qui vérifiait la tension de son arc et l’empennage de ses flèches. A sa droite, se tenait un nain, à la  longue barbe couleur flamme. Un bien bel attribut qui lui avait valu son nom. Maitre Barbedefeu accordait son luth. En face d’eux se tenaient deux autres nains aux armures surdimensionnées. Le premier, Maitre Hundoin, vérifiait systématiquement chacune des sangles de son armure. Quant à moi, je lissais nerveusement mes treize tresses, le regard perdu dans les flammes.  
Tout ce petit monde, se préparait en silence.

Une fois la lune haute, nous nous mîmes en route vers Barad Eithel. De nombreux orques avaient pris possession de ces décombres.



Nous procédâmes lentement, Dame Jasp posait les pièges, Hundoin et moi chargions l’ennemi, Barbedefeu prodiguait les soins.
Après avoir débarrassé les ruines de ces infectes habitants, nous découvrîmes de nombreux prisonniers. Nous décidâmes de les libérer.
Alors que nous les escortions vers la sortie, nous tombâmes nez à nez avec une escouade d’orques de retour d’une ronde.
Dépassés en nombre, nous ne pûmes sauver tous les civils….
Après un dernier adieu aux dépouilles de ceux que nous n’avions pas su protéger, nous continuâmes notre périple, le cœur triste et l’esprit animé d’une sombre vengeance..



Au fur et à mesure que nous avancions, les ruines se faisaient rares et l’eau devenait de plus en plus présente.  
Nos adversaires n’étaient plus des orques mais de terribles eaux-sombres ….
Nous progressions, ilots par ilots, avec pour objectif la tour du spectre de l’eau…. L’un des détenteurs des 4 poignards de Morgul qu’il nous fallait trouver.



Nous pénétrâmes dans l’édifice, dont le sol était recouvert d’une eau visqueuse et mal odorante.



Après avoir vaincu les quelques créatures qui nous barraient le chemin, nous nous retrouvâmes face à notre adversaire, Megoriath.
A peine avions nous commencé à nous rapprocher de lui, que le fracas d’une porte qui claque a retenti dans toute la carcasse de la tour.
Nous nous retournâmes spontanément, l’unique sortie venait de se fermer. Nous étions pris au piège…. Ainsi l’avait décidé le spectre de l’eau.
L’issue du combat sera donc simple : lui ou nous….



Et ce fut lui qui mordit la poussière, laissant à coté de sa dépouille la poignée d’une des lames recherchées.
Délicatement, nous la ramassâmes et nous l’enveloppâmes dans un linge.

Nous nous accordâmes un court répit avant de prendre la route en direction de Barad Harn.
Où nous étions certains d’y rencontrer Rhavameldir, le spectre de la Terre.



Là encore, notre chemin fut semé d’embuches, car Barad Harn était un bastion ennemi fortifié.
Nous y rencontrâmes moult guerriers trolls mais aussi des artificiers et des sapeurs orques qui manœuvraient des trébuchets et des catapultes.
Nous profitâmes de nos affrontements pour saboter ces armes de sièges.



Alors même que nous pensions approcher de notre but, nous fûmes pris dans une embuscade,  
Des orques nous tombèrent dessus de tous les cotés et des archers décochaient des flèches depuis les hauteurs. Nous dûmes reculer à plusieurs reprises devant l’ennemi, afin de panser nos blessures…. Et à chaque nouvelle tentative, les orques nous repoussaient….
Notre ménestrel tombait le premier; Trop prêt du front ? mal protégé ?



Nous décidâmes de tenter un ultime assaut, tout en force, concentré sur un seul flanc.
Et le temps que nos adversaires comprennent, nous avions déjà occis nombre d’entre eux.

Puis vint la tour, nous étions éreintés.



Nous dûmes monter jusqu'à la plus haute salle.
Chaque marche nous était pénible, nos muscles tiraient, nos poumons brulaient… tenir.. Coute que coute…



Au sommet Rhavameldir, nous attendait avec quelques trolls à ses cotés. Ils étaient figés dans d’étranges postures menaçantes….
L’expérience et l’intuition nous incitaient à prendre gare à ces étranges statues…  



A peine avions nous décidé de charger le spectre que les trolls se mirent en mouvement….
Les deux gardiens resserrèrent les rangs devant le puissant ménestrel et la dangereuse archère… Nous avions prévu cette tactique, ce qui prit notre adversaire au dépourvu.
Nous profitâmes de cette hésitation de sa part pour en finir une bonne fois pour toute.



Notre Dame Hobbite ramassa la seconde poignée de Morgul de ses doigts meurtris tant ils avaient décoché de flèches. Maître Barbedefeu devenu aphone tant il avait hurlé ses invocations essayait de nous prodiguer quelques soins. Quant aux gardiens, les corps meurtris et les gueules cassées, c’est essoufflés qu’ils se regardèrent.
Et sans dire un mot, tous ils se comprirent…… Nous l'avions fait ! Nous étions victorieux !

               

De retour au camp, et après quelques pintes, Maitres Hundoin et Barbedefeu prirent congé…
Les deux sénéchaux échangèrent encore quelques minutes.
Ils se dirent que déjà deux des quatre spectres étaient anéantis, que ce soir là, les compagnons avaient vaillamment combattus et …….
Qu’ils étaient fiers d’être des Petits-Pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fornost 1 - Eau et Terre - lorsque deux spectres tombent, les petits-pas ne sont pas loin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie - Dans les pas de Bilbo - :: Voyages inattendus de la Confrérie :: Expéditions guerrières :: Compte-rendus-
Sauter vers: