Confrérie - Dans les pas de Bilbo -

Lotro - serveur Sirannon - Confrérie RP d'Estel, réservée aux nains et aux hobbits. Comme Bilbon Sacquet, leurs Petits-Pas peuvent les amener dans les plus grandes aventures !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Tout ce que nous devons décider, c'est que faire du temps qui nous est imparti...

Nos meilleurs vœux à tous les Petits pas.Que vos poils poussent drus et épais, que ce soit sur les pieds ou en barbe !

Partagez | 
 

 Les âmes damnées de Sauron. Le Roi-Sorcier

Aller en bas 
AuteurMessage
Solitar
Seigneur et modérateur
Seigneur et modérateur
avatar

Masculin Messages : 63
Date d'inscription : 05/08/2014
Emploi/loisirs : Gardien des runes - Historien

MessageSujet: Les âmes damnées de Sauron. Le Roi-Sorcier   23/04/15, 05:23 am

Le Roi-Sorcier.

  « Trois anneaux pour les rois Elfes sous le ciel,
   Sept pour les Seigneurs Nains dans leurs demeures de pierre,
   Neuf pour les Hommes Mortels destinés au trépas,
   Un pour le Seigneur Ténébreux sur son sombre trône,
   Dans le Pays de Mordor où s'étendent les Ombres.
   Un anneau pour les gouverner tous. Un anneau pour les trouver,
   Un anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier
   Au Pays de Mordor où s'étendent les Ombres. »

— J. R. R. Tolkien, La Communauté de l'anneau

Après la chute de Morgoth, Sauron s'enfuit.
Pendant le Second Âge, il se présenta déguisé sous le nom d'Annatar, « le dispensateur », aux dirigeants restants des Eldar en Terre du Milieu et leur offrit de les aider pour accroître leurs connaissances et leurs techniques de réalisation en ferronnerie et joaillerie.
Malgré la méfiance des grands elfes, il fut bien accueilli par les forgerons de l'Eregion,

Les 16 anneaux de pouvoir furent forgés par les elfes entre les années 1500 et 1600 du Second Âge dans le but de guérir, de construire et de comprendre.
Vers 1600 S.A., Sauron forgea alors en secret, dans les profondeurs de l'Orodruin, un anneau, l'Anneau unique, en lui insufflant une bonne partie de son pouvoir. Plus puissant que tous les autres, il était destiné à dominer les autres anneaux, à ouvrir leurs pensées et leurs volontés à sa vue et à son contrôle.

Dès que Sauron passa l'Anneau unique à son doigt, les elfes de l'Eregion en eurent conscience. Ils comprirent qu'ils avaient été dupés. Alors, ils enlevèrent  leurs propres anneaux et les cachèrent tous les trois.
Les Nains, quant à eux, se révélèrent impossible à soumettre. Le seul mal perpétré par les Sept était d'attiser la convoitise déjà existante chez un nain pour l'or et les objets travaillés et de permettre au porteur de devenir très riche. Cela ne fit qu'attirer les dragons.
Par contre, les Hommes furent aisément dominés : les neuf seigneurs qui reçurent un anneau s'en servirent pour accroître leur pouvoir. Mais s'ils permettent aux mortels de ne pas mourir, les Neufs n'empêchent pas la lassitude d'accaparer inexorablement leur porteur. L'un après l'autre, ils basculèrent dans le royaume des ombres, devenant des spectres entièrement soumis à la volonté de Sauron : les Nazgûl.
Leur première apparition eut lieu aux alentours de 2250 du Second Age.



Le Roi-Sorcier était à l'origine un homme, un roi ou un sorcier, qui vivait au Second Âge en Terre du Milieu, plus probablement à Númenor.
Avide de pouvoir, il accepta de bonne grâce l'anneau que lui offrit Sauron. Grâce à lui, il gagna puissance, gloire et richesse, et une vie éternelle.
Mais en contrepartie, il finit par devenir le serviteur de Sauron, comme les huit autres Nazgûl.
« La nuit marchait avec eux, et la mort criait par leur bouche » (Le Silmarillion)

Après la défaite de Sauron face à la Dernière Alliance, le Roi-Sorcier et ses huit semblables disparurent, tout comme leur maître.

Vers l'an 1300 du Troisième Âge, le Roi-Sorcier réapparut et s'établit au nord, en Angmar, où il fonda un royaume maléfique peuplé d'Orques et d'Hommes mauvais.
Il s'installa dans la forteresse de Carn Dûm. Tous les Nazgûl réapparurent.

Le Roi-Sorcier d'Angmar, qu'on appelle aussi le Seigneur de Morgul, est leur chef et le plus puissant d'entre eux.
Les Nazgûl craignent l'eau profonde, le feu et les noms elfiques sacrés tels que " Elbereth ". Ils sont pratiquement aveugles, mais ont un étonnant sens de l'odorat et peuvent requérir l'aide d'autres créatures pour soutenir leur sens défaillants.
Sous leurs vêtements, grande cape sombre, haubert et casque, ce ne sont que des formes brumeuses, pratiquement dépourvues de substance.
Ils utilisent des épées ou des dagues empoisonnées et sont capables de manipuler de puissants sorts de sorcellerie dont celui de la peur.
Quiconque se trouve en vue d'un Nazgûl est affecté par une sensation de malaise et de terreur.

Dans le but de détruire les royaumes des Dúnedain en Eriador, le commandant des légions d'Angmar lança de fréquentes attaques et sema la discorde entre eux.
Vers 1350 du Troisième Âge, il parvint à soumettre Le Rhudaur ; quelques années plus tard, le Cardolan fut détruit et ses habitants dispersés.
Le dernier à tomber fut l'Arthedain, en 1974, et lorsque le Roi-Sorcier entra dans la capitale du royaume déchu, Fornost, son triomphe paraissait complet.

Un an plus tard, vaincu par une coalition des Elfes du Lindon et des Hommes du Gondor, il fuyait et se cachait.
Ne pouvant plus rentrer à Carn Dum et ayant perdu sa forteresse secrète de Barad Gularan ( en Angmar ), le Seigneur des Nazgûl partit pour le Mordor.

Quelques années plus tard, les Nazgûl assiégèrent la cité de Minas Ithil, au Gondor.
Celle-ci tomba après deux années d'un siège difficile (2000 - 2002), et elle devint Minas Morgul, Tour de la Sorcellerie et quartier général des Nazgûl.

Depuis cette forteresse en Ithilien, le Roi-Sorcier put surveiller la reconstruction de Barad-dûr (en Mordor ) et harceler les défenses de la Cité Blanche du Gondor.
Les troupes de Minas Morgul furent finalement lâchées contre le Gondor en 3018, lors d'un premier assaut qui fut repoussé à Osgiliath.

Lors de cettre diversion, les Neuf Nazgûl traversèrent l'Anduin  et se lancèrent à la recherche de l'Anneau Unique sous l'apparence de cavaliers noirs.
Ils découvrirent l'emplacement de la Comté.

Le 6 octobre, le Roi-Sorcier parvint à retrouver Aragorn et les hobbits sur le Mont Venteux, près de cette tour d'Amon Sûl qu'il avait autrefois détruite.
Les Nazgûl furent finalement repoussés par Aragorn mais Frodon avait été blessé par la lame empoisonnée du Seigneur des Nazgûl.

Le 20 octobre, les "Esprits servants de l'anneau" retrouvèrent Frodon, Sam, Pippin et Merry, mais échouèrent dans leur tentative d'enlèvement. Ils furent emportés par la crue du Gué du Bruinen provoquée par Arwen.
On ne retrouva que huits cadavres des neuf montures des Nazgûl; le Roi-Sorcier avait pu sauver sa monture et rejoindre le Mordor.
Privés de leurs coursiers, invisibles de tous, les huits compagnons du Roi-Sorcier mirent longtemps à regagner le Mordor.

Sauron les dota alors de monstrueuses montures ailées : les Féroces Ailés.
Protégé par une armure et un heaume noir, l'ex Seigneur de Minas Morgul mena ses troupes jusqu'à Osgiliath dont il s'empara rapidement puis prépara le Siège de la Cité Blanche.

Le 15 mars 3019, le Roi-Sorcier parvint à enfoncer les portes de Minas Tirith mais dut se replier pour faire face à la cavalerie du Roi Théoden de Rohan qui était venu porter secours à son allié. Après avoir massacré Théoden, le Seigneur des Nazgûl fut tué à son tour par la nièce de ce dernier, Éowyn et par Meriadoc Brandebouc.
Ce fut l'épée d'une femme et celle d'un Hobbit qui mirent un terme à l'existence du plus grand serviteur de Sauron, accomplissant ainsi l'ancienne prophétie de Glorfindel. « Son destin est loin d’être accompli, et il tombera, mais ce ne sera pas la main d’un Homme qui l’abattra ! »


( source Wikipédia )

_________________
La fin n'a pas encore été écrite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les âmes damnées de Sauron. Le Roi-Sorcier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Confrérie - Dans les pas de Bilbo - :: Archives :: Histoire et éthnologie-
Sauter vers: